Fainéant, n’avance pas, froid à la jambe

Le cheval qui se gèle aux jambes, qui s’accule et qui se bloque de plus en plus : ce n’est pas une situation facile car le réflexe que l’on a et de vouloir accompagner et pousser notre cheval de plus en plus, même avec toute la meilleure intention du monde. Or on crée ainsi l’effet inverse en grignotant de plus en plus l’envie du cheval à se porter en avant. Et s’il vous plaît ne « rentrez pas dans votre cheval » .

Je comprends votre frustration et votre colère possible à ce moment, surtout qu’il s’agit souvent des situations où vous êtes passés par cet endroit des centaines de fois sans problème, vous êtes en balade entre amis et les autres chevaux n’ont aucun problème. Or il y a ici cinq stratégies à appliquer qui vont permettre de redescendre votre émotionnel ainsi que celui de votre cheval pour repartir ensemble en tant que partenaires et non avec un prédateur qui s’agite sur le dos du cheval en train de littéralement perdre ses moyens.

– STRATÉGIE 1 : ATTENDRE !

Ce sont les chevaux introvertis qui sont concernés par ce comportement. Et sans la décontraction, dans cette situation, votre cheval perd littéralement son cerveau. Il faut donc attendre, rênes longues, un signe de décontraction (mâchouiller, souffler, bâiller). Parfois cela peut prendre deux minutes, ou cinq minutes, mais je vous garantis que si l’on vous demande de rester tout ce temps immobile et décontracté sur ou à côté de votre cheval sans lui envoyer une énergie d’attentes particulières de sa part (« bon tu vas bientôt mâchouiller oui ?? »), toute personne non entraînée à cet exercice au self control trouvera le temps infiniment long. Et pourtant quand on y pense qu’est-ce que 2 min ou 5 min ? C’est ici que vous jouez votre place de leader fiable et de partenaire. Pourquoi certaines personnes progressent et d’autres stagnent dans leur relationnel ? Parce que nos attentes et notre ego sont plus importants que de se mettre à la place de notre cheval. Nous sommes tous passés par là un moment donné et moi la première ! Parce qu’on n’a pas de temps à perdre ? Parce qu